Règlement

Chaque joueur dispose de carton(s). Chaque carton comporte 9 colonnes verticales de 3 cases chacune.

Dans chaque colonne, on compte 1 ou 2 cases à fond blanc, sur lesquelles est inscrit un nombre, de 1 à 90. Dans la colonne de gauche ne figurent que les nombres compris entre 1 et 9 ; dans la deuxième colonne, sont inscrits les chiffres allant de 10 à 19 ; dans la troisième colonne, ils vont de 20 à 29 ; dans la quatrième, de 30 à 39, et ainsi de suite. Dans chaque colonne figurent également 1, 2 ou 3 cases teintées où n’est inscrit aucun nombre. Sur les 27 cases d’un carton, 15 sont numérotées, 12 sont grises.

L’animateur provoque l’extraction d’une boule de loto et annonce distinctement le nombre qui y est inscrit. A l’annonce de ce nombre, les joueurs marquent la case de leur(s) carton(s) où ce même nombre est inscrit, avec les jetons qui ont été mis à leur disposition. Et l’animateur recommence : extraction d’une boule, annonce du nombre etc…….

Le premier joueur qui a rempli les cinq cases numérotées d’une ligne horizontale (un quine), le signale, il a gagné !!!! Sauf dans les parties jouées à « carton plein » où il faut avoir rempli toutes les cases du carton pour gagner. En cas d’ex aequo, le numéro tiré au sort le plus grand sera gagnant.

Spécifiquement pour notre LOTO « autrement » du Rotary, on ne démarque pas immédiatement car avant d’entamer la partie suivante, on poursuit le tirage jusqu’à détermination d’un gagnant en second qui bénéficie d’un magnifique lot de consolation.

« Qui perd GAGNE « est une variante de notre LOTO « autrement « du rotary , vous la découvrirez durant la partie.

Comme les loteries dont il provient, le loto semble d’origine italienne ; son nom même, en italien (lotto), signifie lot. Il fut pratiqué, dès le XVIe siècle, par les officiers et les nobles qui l’avaient découvert au cours des campagnes de François 1er. Pendant près de deux siècles, ce fut le divertissement favori de la Cour dans tous les grands pays d’Europe, et on fabriquait alors des cartons luxueux, richement décorés.

En 1776, la création de la loterie royale, ancêtre de la loterie nationale, diffusa soudain, dans le peuple, le principe du loto. C’est alors qu’il se répandit surtout, et qu’on inventa toutes sortes de cartons éducatifs : historiques, géographiques, grammaticaux. Ils sont aujourd’hui plus variés encore : on trouve, parmi beaucoup d’autres, le loto des animaux, celui des couleurs, celui des boutiques ou des fleurs.

Les Rotary Clubs Du Gers vous remercie.